Les femmes de Guinée prônent la paix et l’unité nationale


Guinée News-26 Octobre- Le ministère de la solidarité nationale, de la promotion féminine et de l'enfance, en partenariat avec le PNUD et les réseaux des organisations féminines ont organisé, lundi, à Conakry, une journée nationale de sensibilisation et de prières avec pour slogan : « Les femmes guinéennes mobilisées pour la paix ».

En organisant cette journée, placée sous l'égide de la Première Dame de la République, Hadja Aïssatou Bah Konaté, les initiateurs ont voulu mettre les guinéennes devant leur devoir impérieux de préserver et de consolider la paix, en prélude au second tour de l'élection présidentielle.

La ministre de la Solidarité féminine, de la promotion féminine et de l'enfance, Nanfadima Magassouba, a remercié la Première Dame du pays pour avoir pris la mesure du contexte politique difficile que traverse la Guinée, caractérisé par l'obstination des acteurs politiques à privilégier le dialogue comme unique solution. Aussi, elle a loué les qualités de cette dernière pour son implication dans la recherche des solutions de sortie de crise.

« Consciente du rôle que jouent les femmes dans toutes les sphères d'activités et au regard de leurs apports à l'évolution sociopolitique de la Guinée, la Première Dame de la Guinée a constamment accordé à la gent féminine, une importance de premier ordre en tant qu'actrice incontournable au processus de développement global de notre pays », a-t-elle dit.

Nafamdima Magassouba s'est réjouie devant ses concitoyennes, de l'immense espoir qui nait en voyant l'épouse du général Sékouba Konaté, accompagnée de celles des deux candidats au dernier round du scrutin présidentiel. Au nom du gouvernement de transition, elle a donné l'assurance que les femmes demeureront « les sentinelles inconditionnelles pour la sauvegarde de la paix et la consolidation de l'unité nationale ».

L'intervention de la ministre a été suivie de la projection d'un documentaire du Programme des Nations unies pour le développement. Documentaire portant sur les guerres civiles du Libéria et de la Sierra Leone et intitulé : « Le visage de la guerre en Afrique ».

A travers la projection du documentaire, le PNUD s'est engagé dans une logique de sensibilisation des femmes, généralement premières victimes des conflits. Partant des images d'enfants soldats, d'handicapés, de réfugiés et de seigneurs de guerres, l'organisme onusien a invité les Guinéennes à ne pas attiser la haine, à rejeter les leaders pyromanes et surtout à ne pas appliquer la loi du talion : « Œil pour œil, dent pour dent ».

Tour à tour, quatre communicateurs traditionnels se sont succédé sur le podium pour appeler les participantes, toutes de blanc vêtues pour la circonstance, à privilégier la voie pacifique. Elhadj Nanfia Dambakaté (Basse Guinée), Hadja Hawa Niane (Moyenne Guinée), Hadja Tata Fatou Kouyaté ( Haute Guinée) et Sia Christine Millimono (Guinée Forestière), ont expliqué en Soussou, Poular, Maninka et Kissi, l'unicité de la Guinée et la nécessité de préserver cette maison commune, héritée des ancêtres.

L'épouse du candidat Cellou Dalein Diallo, Hadja Halimatou Dalein Diallo a salué « un rendez-vous noble » visant à permettre aux femmes d'apporter leur contribution à la consolidation de la paix. « Nous femmes, avons l'occasion de prouver que nous pouvons influencer positivement l'histoire de notre pays. Nous l'avons déjà fait par le passé et nous pouvons le faire », a-t-elle déclaré.
Madame Diallo a invité ses sœurs et mamans de s'investir dans le combat pour une élection crédible, transparente dont les résultats ne souffriront d'aucune contestation. « Le chemin est plein d'embûches(...). Jouons notre rôle pour que les traques finissent définitivement. Donnons-nous les mains. Madame Condé et moi pouvons nous donner les mains ici dans cette salle. Mais c'est à vous qui êtes dans les quartiers d'appeler à la paix », a-t-elle dit en soussou, ajoutant que « les autorités de la transition doivent bannir le sentiment d'exclusion et jouer leur rôle dans l'impartialité ».
Madame Hadja Djènè Kaba Condé, épouse d'Alpha Condé a également salué l'initiative. Elle a demandé aux Guinéennes de parler paix avec leurs enfants. Elle les a aussi invitées à œuvrer pour que le second tour de l'élection présidentielle se déroule dans la transparence et le calme.

D'un ton ferme, Mme Condé a rassuré que le pays ne brûlera pas. « La Guinée est un paquebot qui traverse une tempête mais qui ne va jamais couler », a-t-elle dit, déplorant tout de même que les images des militants actuellement hospitalisés n'aient été diffusées. « La paix est synonyme de respect d'autrui. Où est passé notre dignité ? Ce qui s'est passé au palais est un acte terroriste. Il faut que cela cesse », a-t-elle conclu.

Pour sa part, la Première Dame de la République, Hadja Aïssatou Bah Konaté s'est dite heureuse que la plupart des personnes préoccupées par la situation soient présentes dans la salle. « Depuis un certain temps, les Guinéens sont partagés entre l'espoir et le désespoir. La relation entre les deux alliances souffre d'une crise de confiance », a introduit Mme Konaté.

Elle a ajouté en se disant convaincue que les Guinéennes peuvent jouer un rôle prépondérant dans le maintien de la paix. « Je voudrais saisir la présence des deux épouses, conseillères de leur mari, pour appeler au calme. Il vous revient à vous, d'inculquer dans l'esprit des militants, l'intérêt de sauvegarder la paix et l'unité nationale », a-t-elle conseillé.

Pour cette journée, les activités se sont poursuivies à la Grande Mosquée Fayçal et à la Mosquée Elhadj Fofana de Matoto où des lectures de Coran ont eu lieu.

On rappelle qu'en plus de ces intervenantes, le lancement des activités a connu la présence des ambassadrices du Sénégal et du Nigeria, les épouses des ambassadeurs accrédités en Guinée, ainsi que plusieurs centaines de femmes de toutes les sensibilités politiques, venues des différentes communes de la capitale.

Selon les informations officielles, les festivités sont célébrées sur l'ensemble du territoire national et ne prendront fin que le lundi 1er novembre.