Violence against women in armed conflict


NOTE D'INFORMATION

VIOLENCES FAITES AUX FEMMES DANS LES ZONES DE CONFLIT ARME
La Spécialiste du Centre PanAfricain de FAS donne un cours aux militaires Sénégalais


Par Moussa DIOP
Le Chargé de la Communication

Le Centre PanAfricain pour le Genre, la Paix et le Développement (PAC) de Femmes Africa Solidarité (FAS) vient de livrer une formation sur le thème des « Violences faites aux femmes dans les zones de conflit armé » en direction d'un groupe de 54 élèves officiers, originaires de 11 pays: Bénin, Burkina, Cameroun, Congo, Cote d'Ivoire, Gabon, Mali, Madagascar, Tchad, Togo, Sénégal) et des personnels d'encadrement, de l'Ecole Nationale des Officiers d'Active (ENOA) de Thiès, au Sénégal.

La formation était animée par le Colonel Dr. Coulibaly Kani Diabaté, Experte-Consultante, spécialiste du Genre dans les Opérations de Maintien de la Paix (OMP), les Armes légères et Petits calibres, les Enfants affectés par les conflits armés et le Vih/Sida, commise par FAS. Madame Diabaté a participé à plusieurs missions onusiennes et conduit des études sur les théâtres d'opération en Afrique. Elle est actuellement chargée par l'Union Africaine de rédiger un module de formation sur les OMP en Afrique.

Des concepts clé de la problématique du genre, les Résolutions 1325 et 1820 des Nations Unies, les difficultés rencontrés dans l'exécution du mandats des soldats onusiens dans les opérations de maintien de la paix en termes de médiation, de conciliation, de protection des civils, notamment des femmes et des femmes, l'enrôlement des femmes soldats dans les opérations de maintien, les difficultés inhérentes aux processus de Démobilisation, de Désarmement et de Réintégration (DDR), entre autres sujets ont été passés en revus au cours d'un dialogue très enrichissant entre les militaires et la formatrice.

C'est la troisième formation que le PAC de FAS livre en direction de l'Armée sénégalaise qui est souvent déployée dans des opérations de maintien de la paix sous la bannière des Nations Unies ou de l'Union Africaine et qui s'est ouverte maintenant aux femmes après la Gendarmerie et la Police nationales.

En vertu d'un accord avec l'Etat Major des Armées sénégalaises, FAS avait déjà, en décembre 2007, fait une formation pour l'Ecole d'Infanterie qui sera suivie en janvier 2008 d'une autre formation au bénéfice du 12ème Bataillon d'Instruction de Dakar-Bango, à Saint-Louis du Sénégal.